Catégories
Culture Initiatives

Journée porte ouverte sur le chantier Espérance III

Le chantier Espérance III ouvre une dernière fois ses portes

Avant la mise à l’eau de Espérance III prévue le 23 juin  Les membres de l’association et l’équipe des charpentiers de marine  vous ouvrent pour une toute dernière fois le site des Forges de Cran le samedi 5 juin de 10 heures à 19 heures où le rêve de reconstitution à l’identique de Espérance II, bateau de charge du début du XXè siècle, s’est cette fois concrétisé près d’un siècle plus tard.

Alpine Aluminium  Chemin des Grèves, Cran-Gevrier, 74960 Annecy.

Ouverture 10h -19h Accès libre – Dispositif Covid avec distanciation – Masque obligatoire. 

25 tonnes de passion pour naviguer sur le lac d’Annecy, entre passé et futur

Voici une partie de l’interview que nous avait en son temps accordée Pierre Lachenal, président de l’association Espérance III.

Espérance III est un retour intelligent dans le passé, dans le patrimoine, un regard à la fois sur l’Histoire et vers l’avenir par le biais de la technique et de la technologie. Cet assemblage est vivant et fait sens.

 C’est à la fois le patrimoine, les gens du lac, la mémoire du lac et la projection sur l’avenir, sur l’environnement par deux biais : l’eau en montagne confrontée aux changements de société et aux changements climatiques. On a déjà vu des actions très fortes en ce sens sur le fonds de dotation Montagne vivante ; et c’est aussi la transition énergétique. On veut qu’ Espérance III utilise le vent, l’électricité d’origine hydraulique, voire une pile à hydrogène – mais ça, c’est encore un projet de fou – qui nous affranchirait des liaisons avec la terre, avec une prise au mouillage. Les choses se feront par étapes. On n’est pas pressés puisque tout ça attend depuis 1930.

Respect des techniques, tradition vivante

Vous faites revivre le passé aussi par le volet pédagogique qui va assurer une passation.

Effectivement, et tout ce qui est fait autour du bois – même s’il ne vient pas exclusivement de Haute-Savoie -, des Hautes-Alpes pour l’acacia, de Savoie en ce qui concerne le mélèze. Il y a aussi du chêne. Chaque essence est utilisée en fonction de ses propriétés et des contraintes auxquelles elle est soumise sur l’embarcation. Le mélèze est utilisé en lamellé collé. On ne respecte pas tout à fait la tradition qui faisait qu’on employait des pièces d’un seul tenant, mais les techniques ont évolué et on anticipe d’éventuels problèmes de pourriture qui ont atteint tous les autres bateaux, comme la Savoie qui a dû changer ses bordées et davantage encore à cause de la mérule.

On revient cependant le plus possible aux techniques du bois dont se servent les quatre charpentiers de marine qui travaillent sur l’Espérance III.

Les relations entre la réalité vécue et le vocabulaire pour la dire

Il faut signaler un autre aspect intéressant lié à cette aventure : nous redécouvrons tout un lexique, plus de 60 mots spécifiques. Un vocabulaire qui a quasi disparu. Il figure sur notre site et tout le monde peut le consulter, les scolaires en particulier, à la rubrique « Pédagogie, le vocabulaire du Bacouni* ». Ces vocabulaires techniques sont en train de disparaître en France ; quand on n’arrive plus à nommer, c’est que la technique disparaît elle aussi. La facilité consiste à utiliser des termes anglais alors que le français possède ce vocabulaire.

Les Suisses tentent de faire perdurer le lexique particulier qui est lié aux voiles latines.

Vous découvrez ce vocabulaire grâce à l’Espérance III ?

Nous avons par exemple cherché ce qu’étaient les poulaines : c’étaient les toilettes, les marins se pendaient aux poulaines pour se soulager.

En plus de tous les aspects que nous avons évoqués, il y a l’intérêt de ce langage spécifique.

Qui est lié aux marins d’eau douce du Léman et du Lac d’Annecy.

On voit bien l’intérêt pédagogique d’une telle entreprise jusque dans la découverte d’un vocabulaire spécifique. Il est important de montrer que les mots et leur sens sont reliés à une réalité, à sa pratique et à sa perception. La langue, elle aussi, est un outil de transmission.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.