Dopage

Dopage

24 mars 2024 0 Par Paul Rassat

Le mot dopage vient du verbe doper, « Administrer (à une personne, un animal) un stimulant chimique avant une épreuve sportive ou intellectuelle … doper un cheval… enduire (les ailes d’un aéroplane). Higelin chantait Dans mon aéroplane blindé. Poutine reprend version Plastic Bertrand Ça plane pour moi. Poutine plane à plus de 87% de suffrages qui le placent de nouveau à la tête de la Russie. La Russie est un pays stimulant, aussi bien pour les sportifs que pour son président sortant réélu, prochainement réélu et ainsi de suite.

Dopage à tous les étages

Il paraît que la fraude électorale frise les trente pour cent et pour Poutine. La question se pose alors : une pratique généralisée demeure-t-elle frauduleuse ? Si tout le monde fraude ou laisse frauder, est-ce encore de la fraude ? Il paraît qu’une religion est une secte qui a réussi.

Origine

 Dans À mots couverts Alain Rey écrit : «  …L’utilisation de drogues stimulantes, qui est très ancienne, a reçu ce nom dopage à l’époque où le sport moderne se répand, souvent en provenance d’Angleterre…le mot dope… venait du néerlandais doop, qui désignait innocemment une sauce dans laquelle on fait trempette…[Le dopage]…est surtout l’une des formes de la dérive constatée de l’idéal sportif…De là à considérer les athlètes ou les coureurs comme des tricheurs, il y a une marge. Je parlerais plutôt de victimes… »

Victimisation

Ainsi Vladimir Poutine serait tombé à l’insu de son plein gré dans la sauce électorale qui fait de lui une victime. Ou alors, il courrait le risque de ne pas être réélu sans le dopage électoral, risque que, malgré lui, il ne peut pas prendre.

Dopage assisté ?

Voici quelques passages fidèlement retranscrits des propos tenus par Marine le Pen sur France Inter le 20 mars 2024. «  S’il s’avérait que Vladimir Poutine fasse la démonstration qu’il entendait élargir le territoire [de la guerre], il est évident que je réviserais cette position…C’est quoi une stratégie offensive ? C’est une stratégie qui consiste à ne pas reculer en réalité. La Russie ne recule pas, voilà ! Et, et on voit bien que chacun participe à l’escalade. Permettez-moi de vous dire qu’Emmanuel Macron n’est pas le dernier à participer à l’escalade…Il fait de la politique avec la guerre. Voilà !…On ne parle pas de la guerre à trois heures du matin avec un whisky à la main avec un chanteur avec un air dégagé, nous dit-on, en disant «  Oh ben, tiens, je vais être obligé d’envoyer des mecs ( sic, d’accord ?) à Odessa… »

À ne pas suivre.