Corrida

Corrida

24 novembre 2022 0 Par Paul Rassat

Voici la définition plutôt dépassée qu’un dictionnaire donne de la corrida. « Jeu, originaire d’Espagne, se déroulant dans des arènes et opposant, successivement, plusieurs taureaux à un matador qui doit, grâce à un travail de cape, de piques et de banderilles, amener le taureau dans les conditions permettant sa mise à mort (par l’épée), terme attendu du combat. » [ En image, Ferdinand, le taureau d’animation]

La corrida en débat

La corrida fait débat, jusqu’à l’Assemblée Nationale en ce 24 novembre 2022. Certains connaissent peut-être cette devinette qui présente plus de sel à l’oral. Bouchée à la reine, en 6 lettres. Réponse : toréro. Dans un camp, les défenseurs de la corrida invoquent la tradition, la culture. Dans l’autre, les défenseurs des animaux dénoncent la violence faite au taureau. Ajoutez aux arguments la passion, vous obtenez une espèce de métaphore humaine de la corrida.

La solution de Talpa

La solution avancée par Talpa permet de concilier tous les points de vue. Gardons la corrida spectacle. Ôtons-lui toute forme de violence. La prestidigitation en sera le moyen. Le toréro sera muni de banderilles rétractables comme les couteaux truqués. Itou de l’épée censée assurer la mise à mort. Rétractable. Avec la virtuosité d’un prestidigitateur et l’entraînement d’un toréro, le spectacle est assuré. À condition que l’animal joue le jeu. Ceci nécessite un dressage adapté, tout particulièrement pour le simulacre de la mise à mort.

Gagnant gagnant

Tout le monde y gagne, le taureau, bien sûr, mais aussi le toréro. Plus décontracté car sa vie n’est plus en danger devant les cornes émoussées de l’animal, il se laissera aller pleinement à son art. Le taureau simulant la mort aura la vie sauve. Il gagnera en expérience d’une corrida à l’autre et le spectacle n’en sera que plus réussi. Le public en sera ravi. Ne reste à régler qu’une question. Comment remplacer les oreilles et la queue offertes au toréro en cas de prestation exceptionnelle ? Talpa a contacté Éric Antoine afin de solliciter sa collaboration de prestidigitateur émérite. Et n’a encore reçu aucune réponse à ce jour.

Corrida ici, charia là

L’humour et l’ironie n’enlèvent rien à la force de certains débats. Au contraire. Alors mettons en regard la question de la corrida, la condition faite aux femmes en Iran ou en Afghanistan, les exécutions publiques.