Écran Total, Philippe Decouflé

Écran Total, Philippe Decouflé

7 juillet 2024 0 Par Paul Rassat

La compagnie de Philippe Decouflé présente Écran Total à Tignes le 13 juillet 2024. On retrouve l’humour du danseur chorégraphe dans ce titre, ainsi que son besoin de sortir des cadres établis. Conversation avec Philippe Decouflé.

Je suis très content d’aller à Tignes pour montrer le travail en cours. C’est pour moi une chance parce que je suis en train de développer un nouveau type de spectacle que je dois expérimenter, affiner. Cette occasion à Tignes est très belle pour montrer ça en extérieur, sans décor, sans éclairage autre que le soleil, sous la forme d’un spectacle gratuit. Cette sobriété devrait faire ressortir la force du mouvement, celle des interprètes, l’émotion traduite par les corps. Avec le temps j’ai envie d’aller vers une forme d’épure, de montrer des choses très belles avec une économie de moyens. D’aller dans le sens de l’évolution du monde, c’est-à-dire une forme de décroissance. Le spectacle vivant, à l’inverse, va vers des formes de plus en plus spectaculaires, grandioses, pleines d’effets, de vidéos, d’images. J’ai envie de montrer des choses plus authentiques. De vraies gens qui procurent de vraies émotions.

Que dit la danse ?

Vous atteignez la sagesse ?

Heu, bop ( rires), pas vraiment malheureusement ! Je la cherche peut-être. Ce spectacle repose sur un principe de construction très fort, je pense. Il guide l’ensemble dans une seule direction.

Le peintre Philippe Cognée explique que la peinture dit ce qu’il ne peut pas écrire. Que dit la danse ?

D’une manière peut-être un peu différente, la danse permet de parler de choses qu’on a du mal à dire avec des mots. Elle permet de toucher à des formes d’émotion, de beauté, de fragilité, de partage qui sont très belles pour moi. Comme on vit dans un monde de plus en plus formaté, dans lequel on nous explique ce qui est bien, ce qui n’est pas bien, beau ou non, la danse permet une forme beaucoup plus libre, ouverte. J’espère qu’elle apporte une leçon de tolérance, de fraternité.

L’aventure

J’en avais discuté il y a quelques années avec Michel Barnier, à propos des JO d’Albertville. Il soulignait la dimension d’accueil, d’ouverture et de partage.

Ce qui avait fait le succès et le côté unique de ce que j’ai eu la chance de diriger il y a 30 ans, ces cérémonies d’ouverture et de clôture à Albertville, c’est que nous avions réussi à appliquer à grande échelle un système très artisanal qui reposait sur le partage, la curiosité, la recherche. La forme adoptée n’était pas du tout marketée. L’idée était de croiser mon univers un peu farfelu avec toute l’énergie que l’on peut trouver autour de l’olympisme incarné par des gens incroyables en Savoie. Je ne sais pas si cette expérience absolument merveilleuse serait encore possible aujourd’hui.

Vous continuez, différemment.

À plus petite échelle.

Parler ou danser ?

La conversation se poursuit. Il est question du limonaire utilisé à Albertville en 92 et de bien d’autres choses. Philippe Decouflé n’apprécie pas trop les interviews, il faut donc profiter des exceptions !