Catégories
Éditaupe Entrevues imaginaires

Entrevue. Antoine Benoît, soudeur, et les médias

Talpa publie une série d’entrevues que les anglo-saxons appellent interviews. Celles de Talpa sont totalement imaginaires.

Entrevue avec Antoine Benoît qui refuse les entrevues

Nous avons appris avec étonnement qu’Antoine Benoît, soudeur professionnel, refuse désormais de se rendre à toute conférence de presse et qu’il limite considérablement ses entrevues avec les médias. Il est cependant tenu par contrat de s’exprimer régulièrement. Antoine Benoît évoque sa fragilité psychologique actuelle. Certaines questions le déstabiliseraient. En particulier celles qui pointent une maîtrise technique à améliorer dans certains domaines.

Des propos déroutants

«  Il m’arrive de me poser des questions quant à la portée existentielle de la soudure telle qu’elle est pratiquée » avoue le soudeur dans une entrevue exceptionnelle accordée à Talpa Mag. « Je me demande si la discipline répond aux exigences d’un stoïcisme qui s’oppose à notre société de consommation et de spectacle. Notre véritable intérêt serait de vivre en harmonie avec la nature. » Depuis cette unique déclaration Antoine Benoît reste muet malgré les amendes que lui inflige régulièrement la Fédération des Ouvriers Soudeurs ( la F.O.S).

Mise au point du Président de la Fédération des Soudeurs professionnels

Le Président de la F.O.S rappelle :

«  Les revenus des soudeurs sont en grande partie abondés par les droits de retransmission. Il est juste inacceptable que le comportement d’Antoine Benoît pénalise toute la profession. Du coup, nous sommes obligés de lui infliger des amendes. Nous devons le mettre face à ses responsabilités, en fait. Voilà. Il donne une image juste inacceptable de la profession en refusant d’aller sur les médias. »

On craint l’effet tache d’huile

Diverses fédérations craignent que le comportement d’Antoine Benoît ne fasse tache d’huile. On évoque déjà le cas de la joueuse de tennis japonaise Naomi Osaka qui affirme préférer jouer au tennis plutôt que répondre aux questions formatées des journalistes. Il est inadmissible qu’une sportive préfère le jeu à l’exercice professionnel de son métier. Les mauvaises langues font remarquer que Naomi Osaka porterait ce patronyme parce qu’elle est née à Osaka. Ceci dénoterait un manque d’imagination qui pénaliserait sa capacité à communiquer.

Dialogue de Taupes

— Quelque chose à ajouter ?

— ….

— Notre interlocutrice demeure muette. Elle est même retournée creuser sur une galerie annexe pour se faire les griffes. La terre déjà battue exige effectivement un entraînement spécifique.

À vue de museau, ce serait l’Éditaupe N° 29

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.