Salman Rushdie

Salman Rushdie

14 août 2022 Non Par Paul Rassat

En 1989 tombait le mur de Berlin, libérant un monde qu’on espérait nouveau. La même année un imam lançait une fatwa contre Salman Rushdie. Celui-ci vient d’être grièvement attaqué et blessé, 33 ans plus tard. Son assassin a-t-il lu Les versets sataniques qui ont valu cette condamnation à son auteur ? En bon maçon, Vladimir Poutine, lui, reconstruit un mur à sa façon. Trump joue à l’apprenti sorcier déjà confirmé. Bolsonaro bientôt ?

Casser les codes ?

L’origine latine du code est le codex, le tronc de l’arbre. « …son cœur, materia, est à l’origine des mots matière et mère, nous apprend Odon Vallet. L’écorce, ou, du moins, la partie externe du tronc, formait le codex…[qui]devint aussi une tablette à écrire…puis un livre formé de cahiers reliés par une lamelle d’écorce. » Quant au mot livre, il vient du latin liber, la partie vivante de l’écorce. Nous croyions changer ou casser les codes, nous tuons les livres et ceux qui les écrivent. Retour aux autodafés religieux ou politiques.

Retour aux murs ?

Depuis 89 on a d’ailleurs construit d’autres murs. En Israël, aux USA. Autour de riches cités pour les protéger. Autour de bidonvilles pour ne pas choquer le regard.

Je hais les haies

Qui nous emmurent.

Je hais les murs

Qui sont en nous.      disait Raymond Devos

Hommage aux livres

J’aime les livres, ceux qui nous délivrent de notre pesanteur, nous surprennent, parfois nous mettent mal à l’aise. Ceux qui nous anticipent, nous prolongent. Lire absolument Haroun et la mer des histoires de Salman Rushdie et de 7 à 77 ans au moins.

Souvenir de livre

Souvenir de ces élèves de troisième, il y a une vingtaine d’année. Beaucoup étaient incapables de lire Boule de Suif, une quarantaine de page en édition de poche. Au bout de dix minutes, ils avaient mal à la tête, mal aux yeux, dans l’incapacité de se concentrer. Les cours qui suivirent furent consacrés à l’étude de cette nouvelle de Maupassant. L’un des élèves n’intervint que pour déformer le titre en «  Boule de juif ». On ne devrait permettre d’acheter des couteaux et autres armes qu’aux gens qui savent véritablement lire.

Et pendant ce temps les femmes afghanes revendiquent au prix de leur vie du pain, du travail, la liberté.