Jérémy Liron,  » Pendant que la nuit tombe »

Jérémy Liron,  » Pendant que la nuit tombe »

15 janvier 2023 0 Par Paul Rassat

Rencontre avec Jérémy Liron à l’occasion de l’exposition «  Pendant que la nuit tombe ». Organisée par la Fondation Salomon pour l’art contemporain, elle est à voir à L’Abbaye d’Annecy-le-Vieux jusqu’au 16/4/2023.

Transfert ?

Jérémy, en passant de votre site à cette exposition, la notion de transfert est apparue. Est-ce qu’elle est justifiée ?

Du point de vue psychanalytique ?

Comment s’appelle cette figure de style qui est un transfert de sens ? Une métonymie. L’un de vos titres est Mélancolie des paysages. On parle actuellement de plat gourmand, ce qu’il n’est pas en lui-même.

Oui, les images sont des projections. Elles ont un référent que l’on pourrait très grossièrement nommer « la réalité » ou « le réel » duquel je pars.

Transfert des rensignements aux enseignements, et inversement?

Notre relation au réel

Le réel existe ?

Sans doute comme une piste lointaine avec laquelle on n’a pas de contact direct. Nous fabriquons la réalité, elle est culturellement, socialement construite mais on a l’intuition qu’existe quelque part un réel que nos approches font fuir, à moins qu’elles ne le distordent. Ce que la poésie nomme l’indicible, l’insaisissable.

Michael Edwards parle d’émerveillement à propos de la poésie, de la peinture, de la littérature…

Ça peut me parler. Nous avons hérité d’une drôle de complexion que je ne m’explique pas. Au lieu de mener une vie sereine, tranquille nous vivons le sentiment que quelque chose échappe…

Parce que nous ne sommes pas encore morts.

Oui (rire), c’est peut-être la mort qui simplifie tout et qui repose. On repose en paix. Avant, il y a une certaine intranquillité.

Le regard regardé

Revenons à la poésie, il semble que toute œuvre d’art soit poétique.

Celles qui m’intéressent le plus entretiennent ce rapport poétique qui reste difficile à définir.

C’est une recherche ?

Sans doute. J’ai parfois l’impression que c’est moins une recherche de ma part, comme sujet qui recherche quelque chose que les choses qui retournent une interrogation vers moi. Les choses me regardent. Se joue une conversation biaisée parce qu’elles ne parlent pas ma langue et je ne parle pas la leur.

«  La Nature est un temple où de vivants piliers

Laissent parfois sortir de confuses paroles… » écrit Baudelaire.

On a commencé par lire avant d’écrire. Nous sommes des lecteurs en quête du signe dans des traces. Mon travail ne consiste pas en une lecture qui viendrait dénouer un problème et l’achever par une interprétation. Ce serait véritablement l’achever en lui donnant la mort. Je l’entends, je le reçois, j’y suis ouvert,  j’accepte d’être inquiété, déstabilisé.

Où sommes-nous ?

Nous faisons partie du questionnement, de la  problématique.

Je suis héritier d’une tradition occidentale, avec notamment le paysage comme fenêtre, la question de l’objectivation, de la création d’un objet. Mais j’inquiète ce rationalisme positiviste par cette perception du milieu, par une inclusion. On est pris dans et par les choses, ballotté dans des jeux de rapports plutôt que rassuré en se situant à l’extérieur.

Il faut donc accepter d’être ballotté, le mouvement, le risque.

Je crois que c’est tout l’enjeu du XXI° siècle que de sortir de cette position artificiellement externe d’objectivisation, de classification, de simplification, de réification aussi, pour accueillir le mouvement, la fluidité.

Faire de l’inquiétude une force en mouvement

Beaucoup en ont peur, la politique, l’économie. Ce sont des domaines où il faut maîtriser ! D’où sans doute l’intérêt de l’art et de la poésie.

Il faut apprendre à accepter la peur, indiquer un chemin. Accepter l’intranquillité comme la possibilité d’un mouvement.

Je ne sais pas si c’est une référence à Pessoa. Vos titres reflètent souvent cette tendance. « Images inquiètes…Archives du désastre…Tentative d’épuisement… »

Est-ce que je suis pessimiste ? Je ne suis pas Cioran…

Qui était optimiste puisqu’il ne s’est jamais suicidé !

Mais j’ai la capacité de vivre, de digérer la tristesse comme une force. Ce n’est pas un accablement. Je suis actif, je produis, je vis avec ça. (la voix se fait décidée, énergique). L’inquiétude est pour moi un mouvement.

L’étrangeté du monde

«Étymologiquement, l’inquiet est celui qui  «  ne jouit pas du repos ». Qui est donc en mouvement.

C’est celui qui se pose des questions, qui accueille l’étrangeté du monde et ses complexités.

Est-ce que vous payez des séances psy au public qui ressort inquiet de vos expositions ?

Il semble que l’art lui-même peut constituer une thérapie.

Nous parlions de transfert. Assez vite apparaît dans votre travail une inversion entre le construit et le naturel, le végétal et l’architectural. Parfois les traits deviennent des arbres, la végétation elle-même.

Il ne s’agit pas d’un dessin colorié. Je ne calque rien. Je pars directement au gros pinceau dans un travail de masses, de rapports. Rapports de textures, de matières, de densité, de lumière et des éléments graphiques comme la végétation. Parfois l’architecture vient dessiner des découpes, des aplats, des traits, cerner un dessin, des choses plutôt hirsutes ou floues.

Hybridation

Avec cette réalisation faite de barreaux qui ouvrent sur un paysage, on a une sorte d’apogée, de paroxysme.

Cette exposition comporte deux panneaux qui sont des prototypes récents. Toutes les œuvres que vous voyez ont été réalisées pour cette exposition mais ces deux panneaux sont des formes nouvelles. Elles mêlent plusieurs préoccupations plastiques. On peut y retrouver le jeu de décadrage, de composition, de décentrement qu’on a dans les petits dessins des Archives du désastre qui mettent en relation un détail serré de près avec une bande lacunaire dans laquelle j’ai créé une ponctuation et des sculptures, souvent des bas-reliefs en acier qui jouent du rythme, de la composition, de l’ombre portée sur le mur. Ces tableaux sont combinés avec d’autres de facture plus classique pour créer une hybridation.

Circulation

Il y a parmi vos titres une formulation que je ne pouvais pas rater. Il s’agit de Nécessité intérieure.

Ah ! Oui ! Nous avons parlé de thérapie. Le fait qu’on ne puisse pas s’en passer origine ce travail artistique dans une nécessité intime, personnelle projetée de l’intérieur vers l’extérieur, vers le public, la mise en dialogue plutôt que repliée sur soi de manière autistique. Ces jeux de passages en un dialogue entre intérieur et extérieur, des murs aux ouvertures, aux percées, est un jeu perpétuel dans la peinture peut-être, dans mes travaux en particulier. Tout ce rejoue ici à l’échelle de ce lieu d’exposition. La scénographie propose un jeu de renvois d’une image à l’autre au cours d’une circulation originale, crée pour l’occasion.

La parenthèse de Talpa

Circulation, dialogue nous ont forcément menés dans ceux qui se jouent pour Jérémy Liron de la littérature à l’art plastique via Pessoa, Michael Edwards, Jean Girel, Jean-François Billeter, Tchouang-tseu…Une exposition artistique ouvre un champ de références qui s’entrecroisent, s’enrichissent mutuellement. Et puis, il faut prendre le temps de circuler dans cette exposition pour ressentir ce que dit Jérémy. Les œuvres exposées finissent par nous regarder ; nous faisons plus ou moins partie du lieu ainsi habité. Même la musique, comme jamais inachevée y participe. Jusqu’au titre «  Pendant que la nuit tombe. » Il fait écho à Cornelius Gallus « Pendant que nous parlons, la nuit tombe ; la mort Se glisse ; et dans sa grande ombre, elle nous endort. »

Intérieur / extérieur

J’ai lu un petit livre ( sans doute un J-F Billeter sur Tchouang-tseu) que j’ai souligné en grande partie. Je m’y suis retrouvé en plein d’endroits.

Nous venons d’évoquer la nécessité intérieure. J’aime beaucoup aussi votre « Autoportrait en visiteur ». Transfert, dédoublement ?

En tout cas des jeux de retournements perpétuels. Ce que vous citez est le titre d’un livre qui regroupe des notes d’atelier. Des réflexions sur mon travail et des notes, des articles sur le travail d’autres créateurs. Même en m’intéressant aux autres, je traduis des préoccupations qui me sont personnelles. Un second volume est à paraître au printemps prochain. Il s’intitule «  Retourner le regard. » Comment ce que l’on regarde nous regarde.

Cette conversation est un échange permanent.

Rien ne s’achève.

La nuit oxymore, sur fond blanc

Conclusion en forme d’ouverture

« Commencer nous échappe, ne relève pas de notre compétence. Nous ne sommes pas au commencement, nous sommes engagés dans une voie, ou dans plusieurs, et un monde déjà là nous entoure et habite, inextricablement, notre conscience. À chaque fois que nous y pensons, que nous reprenons connaissance, la question à poser serait plutôt : où suis-je ? » Michael Edwards De l’émerveillement.

Puisque  » Rien ne s’achève », Talpa aura plaisir à suivre le cheminement de Jérémy…