Traite et retraite

Traite et retraite

12 janvier 2023 0 Par Paul Rassat

Algorithme and blues

_ Rien n’est  acquis. Surtout en matière de retraite.

_ Il vaudrait mieux dire que rien n’est à personne, ce serait plus justement dit.

_ Ce n’est pas ce que je voulais dire. Si rien n’est à personne, tout est à tout le monde et c’est la fin des privilèges. C’est la nuit du 4 août 89.

_ 1989 ?

_ 1789, l’abolition des privilèges, la Révolution française !

_ Mais il en reste, des privilèges, comme ceux du rail.

_ De coke ? Je plaisante.

_ Est-ce qu’une retraite décente est un privilège ?

_ Est-ce qu’un privilège est juste ?

_ Pas possible dans le cadre d’une démocratie puisqu’étymologiquement un privilège est une loi qui s’applique à un particulier et qui échappe au droit commun.

_ Il n’y a donc pas de privilège possible dans une démocratie. De fait.

_ Euh, c’est plus compliqué que ça.

_ D’autant plus qu’à propos de la réforme des retraites, on a l’impression que le Président et le Gouvernement nous mènent en bateau après avoir provoqué la colère des Gilets Jaunes qui s’est manifestée aux ronds points, bloquant les voitures.

_ Bateau, voitures, avion et trace carbone…

_ Reste la marche à pieds. Le charme de la marche. « On n’est pas là pour se faire engueuler, on est là pour voir le défilé… » chantait Boris Vian.

_ Voir le défilé, défiler soi-même ou bien se défiler, telle est la question.

_ Mais revenons au rail. Tu sais que le stress est né avec le développement du rail ? Il a fallu apprendre à partir à l’heure, à respecter les horaires.

_ Parce que le temps c’est de l’argent.

_ Si le temps c’est de l’argent, ceux qui arrivent en retard piquent de l’argent à ceux qui sont à l’heure.

_ Et ceux qui sont en avance ?

_ Ils perdent leur temps.

_ Et de l’argent.

_ On était partis des privilèges.

_ Des droits acquis qui ne sont pas à tous mais à certains.

_ Sans qu’il soit certain que ces privilèges soient justes.

_ On se répète, non ?

_ Avec les pensions, on touche le fond.

_ C’est ce que dénoncent les opposants à la réforme des retraites.

_ Ils reprochent au gouvernement sa précipitation.

_ Alors que, comme le disait Mitterrand « Il faut laisser du temps au temps. »

_ On le prend où, ce temps ? D’autant plus qu’il faut aussi trouver du grain à moudre.

_ Même si nous ne sommes pas des poulets.

_ Des veaux ! Pour De Gaulle les Français sont des veaux !

_ Oui mais…

_ Ça, c’est Giscard. Oui mais.

_ C’est pas si con, oui mais, ça laisse une ouverture.

_ Et c’est concis.

_ Revenons aux retraites. On est perdu parce que le Président avait annoncé qu’il allait faire de la politique autrement.

_ Alors qu’on ne sait pas ce qu’est la politique normale.

_ On a quand même eu un Président normal.

_ Ce qui sous entendait que le précédent ne l’était pas.

_ Président ?

_ Non. Normal.

_ De toute façon, il faut être un peu fou pour vouloir devenir Président de tous les Français.

_ Oui, imagine que tu en oublies un, seulement un.

_ Ou une.

_ Ou une, tu as raison.

_ Il existe tout de même un outil qui permet de répondre à tous les problèmes. L’algorithme. La formule magique qui a remplacé avantageusement la poudre de perlimpinpin.

_ Comment ça ?

_ Grâce à un algorithme je ne te dis que ça, il doit bien être possible de calculer pour chacun une retraite universelle personnalisée.

_ Une retraite universelle personnalisée ?

_ Tu fais entrer un maximum de paramètres dans la formule qui va calculer la pension de chacun. Le sexe, les études.

_ Oui, puisqu’il y a encore une différence d’espérance de vie entre hommes et femmes. Et ceux qui font de longues études coûtent souvent plus cher au pays.

_ Un cadre vit 6 ou 7 ans de plus qu’un ouvrier, il faut en tenir compte. Pour l’instant l’ouvrier y perd en montant de pension et en durée de versement.

_ La pénibilité, la région où l’on vit, le régime alimentaire…

_ Qui est fonction du revenu.

_ Les gauchers qui vivent dans un monde pour droitiers et sont victimes de plus d’accidents.

_ Les cons.

_ Non, on ne peut pas tenir compte de la connerie de chacun. Impossible.

_ L’hérédité, alors ?

_ Oui, bien sûr, les maladies…tout doit être pris en compte.

_ Y’a du boulot !

_ Avant la retraite !!!